© DB

| Interview

2 questions à Marcus Bayer

À compter du 1er septembre 2021, Marcus Bayer sera en charge de la direction du groupe pour les lignes ferroviaires allemandes sur le territoire suisse, DB AG, prenant ainsi la succession de Jürgen Lange.

Lors du bk21, vous prendrez part à une table ronde où vous discuterez des options à long terme en termes de projets d’infrastructure. Qu’attendez-vous de cette discussion ?
J’attends principalement de la compréhension pour les opérations complexes de gestion des chemins de fer, en particulier au sein des gares frontalières et des gares d’interconnexion entre réseaux. Ce cas de figure se produit tout particulièrement au sein de la région des trois frontières et se traduit par la coopération entre les CFF, la SNCF et le BEV/DB. Le projet coordinateur de l’OFT appelé « Herzstück », qui s’inscrit au cœur du nœud ferroviaire de Bâle, fédère de nombreux projets corrélatifs interdépendants de la région des trois frontières et intègre des idées et des visions susceptibles de couvrir de manière homogène et transfrontalière les capacités futures ainsi que tout particulièrement les besoins individuels des clients. L’équilibre entre volume d’investissement et avantages induits doit être maintenu et toute la transparence vers l’extérieur doit être garantie à cet égard.

La Société DB participe activement à la planification du « Herzstück ». Quelle signification ce développement de l’infrastructure ferroviaire a-t-il du point de vue de BEV/DB ?
Cet agrandissement augmente l’avantage du client au niveau des corridors de planification des  nœuds ferroviaires 6 et 7 (Garten- et Wiesentalbahn/la ligne Bâle – Constance) en créant une liaison plus attractive / plus rapide entre la Gare badoise et la gare CFF de Bâle. L’infrastructure ferroviaire ainsi agrandie déleste le transport longue distance ainsi que le fret au niveau du nœud ferroviaire de Bâle, par la création d’une voie distincte dédiée au RER/transport régional entre la Gare badoise et CFF de Bâle, ce qui permet à la fois un renforcement et un meilleur cadencement des fréquences vers l’Allemagne, et corrélativement une meilleure desserte du réseau allemand et meilleure alimentation de la Nouvelle Liaison Ferroviaire Alpine.